> Présente toi !

Moi c’est Pauline Gobbini de l’association KiéKi Musiques, et voici mon agent Michel ! On est développeur d’artiste en musique du monde. Développeur c’est plein de fonctions différentes, ça va de l’aide à la création de spectacles vivants à l’enregistrement phonographique, mais aussi tourneur et soutien en promotion : c’est un travail un peu couteau suisse ! En 2016 on a accompagné la création du spectacle de Calle Las Minas, la sortie du 2ème album de Duende avec Dibyz Music. En 2017 on travaille sur le nouvel album de Ceïba. A chaque fois ce sont des partenariats à mettre en place, des financements à trouver, des lieux, on est présent de la création jusqu’à la scène !

> Pourquoi L’Overground ?

C’est un endroit où l’on se sent bien, il faut dire que l’on fait des métiers que l’on aime, ça aide ! On est des gens vraiment passionnés, une petite communauté solidaire et pas triste, qui a beaucoup en commun. Et puis c’est un endroit carrefour, on y croise plein de gens différents, un cocon ouvert en fait !

> Une anecdote à raconter ?

Je suis en train de penser à toutes nos mascottes de L’Overground… Ces personnalités atypiques et ces objets loufoques qui sont aussi l’âme du lieu. Je pense à Nounours qui a disparu, il était pornographe et cocaïnomane mais on l’aimait beaucoup. Je pense à Nestor, le squelette du bureau du fond rejoint depuis peu par Kévin, le furet empaillé. Il y a aussi Marie Marcelle, notre femme de ménage / vigile, et enfin Pec, qui n’est plus là mais à qui on pense souvent !

Avec : KiéKi Musique / Contact > pauline.gobbini@hotmail.fr

|PORTRAIT| KiéKi Musiques
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire